médias et opinion publique

Dans ce DS du 050220 en TLES le sujet 2 était simple, prévu dans les IO et tout et tout :
En vous appuyant sur les exemples étudiés au cours de l’année, vous traiterez le sujet suivant : médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l’Affaire Dreyfus.

Le sujet est sans réelle surprise, en tout cas du point de vue du programme.. En revanche, du point de vue des élèves, les choses sont plus complexes… Vous avez beaucoup à retenir et vous semblez penser que le récit vaut le coup, là où on attend une analyse…
Qu’on soit bien d’accord… L’analyse en question c’est percevoir les relations entre les médias et l’opinion publique… Sachant que le premier terme est simple à définir.. si on ne le réduit pas à la presse seulement, et que le deuxième l’est beaucoup plus.. Oui Bourdieu estimait que l’opinion publique n’existait pas. D’autres pensent que l’opinion publique a laissé la place à l’opinion de masse largement manipulée voire créée par les médias et surtout Internet… En tout cas ce qui est clair c’est que l’on cherche à voir comment évoluent les relations entre les médias et les citoyens… Pas l’histoire des médias.. La différence est difficile à faire, bien sur…

Exemple sur l’affaire Dreyfus….

L’histoire des médias, il faut la connaître. Les inventions, les améliorations de la production des journaux dans les années 1880 permettent d’augmenter les tirages. La loi de 1881 permet de libérer la presse. Le fait qu’il y ait des délits de presse n’est pas la marque d’une surveillance, mais au contraire d’une plus large liberté puisque les affaires de presse sont jugées avec un jury populaire.. Ce qui n’assure pas l’impunité des journalistes mais permet un jugement par des citoyens… C’est bien sur les dispositions de cette loi de 1881 que compte Zola lors de la publication de son article « J’accuse » en 1898 : il sait, et le dit explicitement, qu’en accusant tout le monde, des politiques et des militaires, il se met sous le coup de la loi… Mais c’est son objectif : passer en jugement pour qu’on ouvre à nouveau le dossier Dreyfus qui a été fermé par l’armée…Ce n’est pas la fin de l’affaire, au contraire, ce n’est que le début… Le procès Zola (1898) entraîne des réexamens du dossier Dreyfus. Un autre procès a eut lieu en 1899 qui condamne à nouveau Dreyfus, qui est gracié par le président. Nouvelle révision lancée en 1903, cassation du jugement de 1899 et réhabilitation en 1906…. Mais en fait tout cela n’est pas le fond du problème..
Les relations entre la presse et l’opinion publique sont bien montrées dans votre livre par les pourcentages concernant l’engagement des journaux… Ils sont majoritairement antidreyfusards, même si les proportions évoluent avec le temps. La presse, pendant l’affaire, défend soit l’armée, soit les droits de l’homme… Cela influence les citoyens, au delà de la simple information, on le voit dans la caricature de Caran d’Ache (sur le repas de famille qui tourne mal, 1898), elle même publiée dans la presse. Donc la presse influence mais relaye également l’opinion publique… Winock le dit : « qu’est-ce alors que l’opinion sinon la presse »… avec cette phrase, l’historien met en évidence que la relation que l’on étudie est quasi fusionnelle… Et c’est logique : la presse c’est le signe de la liberté nouvelle du citoyen rétablie avec la IIIe République…

Comme les deux paragraphes ci-dessus le font, certains d’entre vous ont d’abord évoqué la crise et ensuite les relations médias-opinion publique… C’est une solution…

Pour la suite, que faire… ?

Vous savez qu’après la presse, on se retrouve avec d’autres médias : la radio et la télé… le cours vous a entraîné vers l’histoire des médias, en particulier le rôle de l’Etat.. il ne faut pas l’oublier.. car cela, pour le coup, ça fait partie des relations médias-opinion publique… La radio et la télé, c’est-à-dire les médias audio-visuels ont d’autres qualités que la presse… Le caractère direct, on pourrait dire en jouant un peu sur les mots le caractère « immédiat » des ces deux médias fait peur aux autorités… Les rapports entre média et opinion sont donc d’une grande proximité, puisque la radio et la télé sont directement dans le foyer…
Le développement de la radio se fait après la 1GM, les stations se développant à la fois avec des capitaux privés et des capitaux publics. L’entre-deux-guerres est la conquête des ondes par l’Etat en France, même si des radios étrangères peuvent diffuser leurs émissions sur le territoire.
Le développement de la télé se déroule après la 2GM. Les équipements étant plus lourds, l’Etat prend les choses en main et seule une puis deux chaînes diffusent.
Les relations médias-opinion publique sont donc marquées par la présence de l’Etat… Les grandes crises concernant ces deux médias sont toutes celles qui restent dans le chapitre : 1934/1940/1958/1968…

Les fiches données en début de cours donnent les éléments qu’il faut absolument utiliser (dans les lignes « rôle des médias »)…
je reste stupéfait que certains élèves utilisent le 6 février 1934 que l’on n’a pas traité en cours…

Pour le plan…

I – la presse
II – la radio
III – la télé

c’est une option.. et en fait ça correspond à peu près à

I – années 1890 – 1920
II – entre deux guerres jusqu’à la Libération
III – depuis 1945

l’essentiel est dit !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s