02 Dreyfus

Axe 2 : Liberté ou contrôle de l’information
Jalons
– L’information dépendante de l’opinion ? L’affaire Dreyfus et la presse.

Pour saisir l’affaire Dreyfus, il faudrait bien appréhender ces choses là :

1 – la chronologie de l’Affaire :
A – le début : 1894-1895
Dreyfus est condamné – on en parle un peu –
B – l’Affaire 1898 – 1899
procès du vrai coupable => acquitté
procès Zola
second procès Dreyfus et grâce présidentielle
C – vers la réhabilitation
Après 1899, tout le combat de Dreyfus est de reconnaître l’erreur judiciaire et d’être réhabilité. Cela se passe en 1906… La virulence de la presse et la violence des réactions de la société se concentrent dans les années 1890…

La question 1 de la p 221 est résolue assez rapidement : il s’agit pour vous de posséder cette chronologie.. Non pas pour la réciter mais pour l’utiliser pour vous repérer dans les différents épisodes….
pour terminer, une fiche pour synthétiser l’Affaire : fiche Dreyfus

2 – les enjeux de l’Affaire
Plus complexe….
2a – le contexte du régime politique

La IIIe République est née en 1871 sur les décombres de la guerre contre l’Allemagne, humiliée par la perte de l’Alsace-Lorraine annexée au Reich allemand. Pendant quelques années, l’Assemblée, plutôt favorable à une Restauration de la monarchie, hésite sur les institutions à mettre en place… Finalement dans les années 1880, la solution royaliste est abandonnée et le personnel qui arrive au pouvoir est plus à gauche.. De ce tournant là (1880-1882) datent les grands principes et les grandes institutions de la France républicaine : drapeau tricolore, devise, hymne (la marseillaise) en 1880 puis, lois sur l’école (1881-1882), lois sur la presse (29 juillet 1881), élection des maires au suffrage universel (1884).. La République s’installe enfin….

MAIS…. il y a toujours des contestataires antirépublicains.. dès cette époque là !! On conteste le régime parlementaire en accusant les députés de ne rien faire que de s’en mettre plein les poches… d’où le développement du Boulangisme (cf p 220).

PARALLELEMENT, la presse est libre, on l’a vu, avec cette loi du 29 juillet 1881.. La liberté est totale, sauf à injurier ou diffamer… Donc on peut dire ce que l’on veut. Cela laisse la possibilité d’être raciste à pleine page… Les noirs sont caricaturés comme des gens simples d’esprit la plupart du temps et les juifs sont stigmatisés comme des profiteurs qui ne respectent pas la République, le pays et cherchent à la manipuler.

2b – le contexte géopolitique avec l’Allemagne

Autre élément de contexte : la défaite de 1871…
Ce contexte là est fondamental car, vous l’avez vu avec la chronologie, l’accusation contre Dreyfus est celle de l’espionnage au profit de l’Allemagne. Dreyfus est juif alsacien : on lui prêt à cause de cela, une nature de traître qui, pour certains, explique sans autre forme de procès, sa culpabilité.

Mais on doit être clair sur ce contexte militaire car l’Affaire est dans les mains de l’Armée.. Cette armée qui a été humiliée en 1871… Cette armée qui compte bien prendre sa REVANCHE contre l’Allemagne, un jour… Donc cette armée doit être forte et ne peut pas se tromper… Cela explique l’opposition violente de l’armée et de ceux qui la soutiennent de revenir sur une décision judiciaire.. vous imaginez ce que certains pensent => « Comment une armée peut-elle être forte si elle reconnaît qu’elle s’est trompée.. et pour un juif en plus ??? »… C’est cette mentalité là que je viens de résumer en une phrase qui explique l’affaire Dreyfus et la violence des oppositions.. car en face se dressent ceux qui soutiennent les droits de l’homme, au delà des différences de religion, d’origine ou autre… (même si les noirs n’entrent pas encore dans la catégorie de ceux qui peuvent avoir des droits…. ils restent des esclaves pour la plupart des gens à cette époque…)

L’Armée reste rivée sur la première décision.. pour les militaires qui ne veulent pas bouger, la condamnation de Dreyfus est normale car il est juif, et il n’est pas question de revenir en arrière… L’Armée n’est pas la seule institution qui bloque : l’Eglise catholique est tout à fait favorable à l’Armée.. Ceci correspond au fort antisémitisme qui traîne dans l’Eglise à cette époque (cf doc 5 p 222)

2c – la question du nationalisme

Enfin, la fin du XIXe est l’époque du développement de ce sentiment national exacerbé que l’on nomme nationalisme… On est d’accord que la nuance entre le patriote et le nationaliste va se situer dans la relation aux autres : le patriote peut très bien s’entendre avec les étrangers, le nationaliste voit dans les étrangers des ennemis (potentiels ou avérés)… On peut aimer son pays en étant ouvert (patriotisme); quand cet amour devient exclusif on est dans une attitude défensive (nationalisme)…

En France le nationalisme se développe d’autant plus que la défaite de 1871 est humiliante. On cherche dans la colonisation des objectifs de fierté, mais l’idée de la Revanche contre l’Allemagne est bien diffusée et contribue à ce nationalisme… La peur de voir la France et les Français attaqué est un thème récurrent dans les rumeurs et les faits divers. En 1893, à Aigues Mortes des émeutes ont ainsi amené à la mort de plusieurs Italiens dans un véritable mouvement de chasse aux Italiens qui travaillaient dans les marais salants… La rumeur et l’état de tensions nationalistes, relayés par la presse, sont largement à l’origine de cet épisode.. dont est pas super fiers dans la région…(cf le texte de G. Noiriel en bas de cette page)

2d – gauche et droite

L’affaire Dreyfus a fixé des « valeurs » à gauche et à droite… J’hésite toujours à dire ça parce que les élèves savent de moins en moins ce qu’est la gauche et ce qu’est la droite.. Mais bon…. c’est l’occasion d’en faire l’histoire, justement…

A droite : les antidreyfusards, qui veulent la condamnation de Dreyfus… Ils sont pour la tradition, pour le respect des institutions qui ont fait la France : l’Eglise, parfois même la royauté, ils sont plutôt conservateurs… Antisémites ? oui mais ce n’est pas spécial à la droite ! Ils sont souvent nationalistes… Ils ne supportent pas qu’on remette en cause l’Armée alors qu’on doit prendre notre Revanche bientôt contre l’Allemagne… C’est dommage pour Dreyfus mais la grandeur de la France dépasse un être… en d’autres termes, pour eux, Dreyfus est une victime collatérale…

A gauche : les dreyfusards, qui veulent la révision et la libération de Dreyfus. Ces gens là voient d’abord les droits, tels que proclamés depuis 1789 : droits individuels, présomption d’innocence, pas de discrimination sur la religion ou les opinions… Ils pensent que les droits d’un homme doivent faire plier les institutions, toutes vénérables qu’elles soient…

Enlevez Dreyfus et vous avez en gros le portrait (simplifié) des tendances politiques de droite et de gauche… Ce qui est toujours intéressant pour l’histoire des idées politiques c’est de s’apercevoir qu’un siècle plus tôt, ceux qui étaient à droite au début de la Révolution, défendant le Roi, n’étaient pas forcément « nationalistes » : Louis XVI avait bien des troupes autrichiennes autour de Paris et c’est ce qui a mis une bonne pression sur Paris en 1789… Inversement, l’opposition au roi se constitue sur la NATION… cf le cours sur la Révolution en TC… Un siècle plus tard la nation est passée à droite….

3 – le rôle de la presse dans une affaire qui passionne les Français

Voilà c’est à vous….
La question, c’est le titre : quel a été -quels ont été- le(s) rôle(s) de la presse dans le déroulement de l’Affaire Dreyfus…. (sorte de synthèse des questions 3 p 221 et 2 p 223)
Voilà le montage avec les documents à étudier… une bonne partie sont sur vos manuels, mais je préfère vous les donner comme ça…
DREYFUS

Quand c’est fini, vous revenez sur la page du thème 4 pour la suite sur l’agence Havas….

DOCUMENTATION

extrait de G. NOIRIEL sur la presse à la fin du XIXe siècle : extraits NOIRIEL

Deux articles sur un site à propos des images et de l’histoire, toujours en rapport avec l’Affaire :
un supplément du journal le siècle de 1898 : https://www.histoire-image.org/fr/etudes/mobilisation-dreyfusards
la question de l’antisémitisme : https://www.histoire-image.org/fr/etudes/antisemitisme-coeur-affaire-dreyfus

BIBLIOGRAPHIE
J.D. BREDIN, L’Affaire, Fayard, 1993
R. GAUTHIER pres., « Dreyfusards » Souvenirs de Mathieu Dreyfus, Julliard, 1965