EMC 1ere

DOCUMENTATION

=> extraits de l’introduction du volume corpus de GF consacré à LA SOCIÉTÉ par B. Spector, 2000
La société française, ce n’est pas simplement l’ensemble formé par les individus vivant en France , c’est aussi et surtout, par différence avec « le peuple français », mais aussi avec la « population française », l’ensemble organisé des relations sociales qu’entretiennent les Français les uns avec les autres ; la SOCIÉTÉ cela désigne moins qu’un PEUPLE, mais certainement davantage qu’une POPULATION. ‘est dire, en tout cas, que lorsque l’on parle de société, on ne parle pas simplement d’un groupe humain en général, on en parle sous un point de vue particulier, qui est justement celui des relations sociales, de la « vie en société ». (…) la « vie en société » contient plus que (…) la vie parmi d’autres hommes : ce sont les relations entre les hommes, mais ce sont justement des relations sociales, relations réglées. La vie en société, c’est aussi la vie dans la société.
Le terme « société » on pourrait, très imparfaitement, le définir comme ensemble d’individus interdépendants, partageant un certain nombre de pratiques, et formant une collectivité relativement autonome par rapport à l’extérieur. Mais une telle définition ne résout rien, et elle interdit quasiment de parler de « société » sans adjoindre un qualificatif comme « politique », « familiale »….(…) Mais notre définition indique, en revanche, qu’un groupe constitue peut-être plus ou moins une société, selon l’intensité et le type de relations sociales qui existent en son sein.

=> Quelques références sur le COMPLOTISME :
article sciences humaines : Théories du complot : notre société est-elle devenue parano ?
article le monde épidémie et complotisme et une autre sur la science dans tout ça
le site de conspiracywatch
Le Monde :   comment reconnaître une théorie complotiste ?
le gouvernement s’y met avec son site on te manipule
un CR d’expérience sur la croyance sur internet

PROGRAMME

Axe 1 : Le lien social et ses fragilités
Questionnement : Comment se manifestent aujourd’hui les fragilités du lien social ?
Ce questionnement peut être envisagé à travers l’étude des domaines suivants :
 L’évolution des moeurs et des institutions de socialisation (famille, État, École, religion, organisations syndicales, …).
 Le chômage et les transformations du monde du travail.
 Les mutations des systèmes de solidarité (assurance chômage, sécurité sociale, régimes de retraite, …).
 Le repli sur soi (repli sur la sphère privée, sur les liens communautaires, …).
 La défiance vis-à-vis de la représentation politique et sociale, et vis-à-vis des institutions (police, gendarmerie, armée, justice, santé, École, organisations syndicales, …).
 La défiance vis-à-vis de l’information (de la critique des journalistes et des experts à la diffusion de fausses nouvelles et à la construction de vérités alternatives).
 Les nouvelles formes de violence et de délinquance (incivilités, cyber-harcèlement, agressions physiques, …).
Objets d’enseignement :
 Perspective législative concernant les « fake news ».
 Le complotisme et le révisionnisme.
 Violences urbaines, phénomènes de bandes, …
 Prévention du cyber-harcèlement.
 Réseaux sociaux, biais de confirmation, bulles de filtre.
Enseignement moral et civique, enseignement commun, classe de
première, voies générale et technologique. 7
 Pratiques solitaires de consommation et isolement (jeux vidéo, …).
 Remise en cause de la solidarité intergénérationnelle.
 Services publics et territoires.

Axe 2 : La recomposition du lien social
Questionnement : Quelles sont les nouvelles formes de solidarité et les nouveaux droits ?
Ce questionnement peut être envisagé à travers l’étude des domaines suivants :
 L’égalité entre les hommes et les femmes : orientation, formation, travail, emploi, salaire, représentation, reconnaissance.
 La question de l’extension des droits.
 Solidarité et engagement : des formes installées aux nouvelles formes (appel aux dons, journées nationales, …) ; développement des ONG, …
 L’inclusion des personnes handicapées à l’École, au travail et dans la société.
 La recherche de nouveaux liens sociaux : clubs, associations, réseaux sociaux, universités populaires, réseaux d’entraide et bénévolat.
 Raffermissement et renouvellement des liens sociaux en milieu rural.
 De nouvelles causes fédératrices : défense de l’environnement, protection de la biodiversité, réflexion nouvelle sur la cause animale.
Objets d’enseignement :
 Développement de l’économie sociale et solidaire.
 Clubs, associations sportives ; diversification des sports et des pratiques sportives.
 Nouveaux dispositifs pour l’engagement civique : service civique, réflexions autour du nouveau service national.
 Recherche de nouvelles implications politiques : pétitions, tribunes, référendums locaux, …
Enseignement moral et civique, enseignement commun, classe de
première, voies générale et technologique. 8
 Reconfiguration du paysage politique (mouvements politiques / partis politiques) et du paysage syndical.
 Mentorat, tutorat, parrainage : de nouvelles implications pour les acteurs sociaux et économiques.