Le grand retour des frontières

extraits de L’Atlas des Frontières, B. Tertrais & D. Papin, Les Arènes, 2016

Comment se déroule « l’horogenèse » (Michel Foucher)c’est à dire le tracé des frontières ? Le plus souvent dans le sang […] Les frontières sont créées par
(1) l’issue d’une guerre classique entre Etats : traité de paix, acte de capitulation, armistice, cessez-le-feu..
(2) l’expansion territoriale, annexion ou partage
(3) l’indépendance (décolonisation ou sécession)
(4) les relations de bon voisinage, les frontières matérialisant alors souvent des droits dynastiques ou des propriétés terriennes
(5) l’arbitrage international
Quand aux frontières maritimes, elles sont définies de manière arbitraire (distance depuis la terre), mais en s’appuyant aussi sur la géologie (plateau continental) et l’hydrologie.

supports hydrographiques des frontières = 30% du total
supports orographiques (reliefs) = 25%
les autres frontières, 45% sont dites « artificielles ».. dont 25% de lignes droites (surnommées frontières « mathématiques »)

La question des frontières dites « naturelles » est discutable. Montagnes et cours d’eau sont plus aisément défendables, au moins dans les temps passés.
En France la notion de frontières naturelles s’est confondue avec un projet politique. Danton disait à la convention nationale en 1793  » Les limites de la France sont marquées par la nature, nous les atteindrons des quatre coins de l’horizon, du côté du Rhin, du côté de l’océan, du côté des Alpes »

Toutes les frontières sont artificielles, cela paraît évident pour les auteurs !

« Il n’y a pas de bonne frontière dans l’absolu, encore moins de frontière idéale, mais des frontières réelles qui sont soit reconnues de manière symétrique comme légitimes, soit présentent plus d’avantages politiques, stratégiques, économiques pour les uns que pour les autres, à un moment historique donné » (Michel Foucher)

Dans les temps anciens, les frontières , plutôt que des lignes claires, étaient des zones souvent floues, des espaces limitrophes. Les limites des empires étaient des confins ou des « marches ».. Les marqueurs signalaient une domination, mais pas une démarcation…
Le LIMES romain était exemplaire de cette conception ancienne, imposée unilatéralement. Il n’était ni continu , ni homogène.. Entre le Rhin et le Danube, le LIMES par excellence consistait en un réseau de routes parallèles et perpendiculaires à un rempart d’argile..
L’idée de borner son territoire ne va pas de soi… Le développement des frontières est en fait lié à l’émergence du monde moderne. Il commence au XVIIe siècle avec le traité de Westphalie (1648) dans lequel apparaissent les premières frontières négociées entre empires.. C’est sur les confins russo-turcs qu’on invente la délimitation frontalière entre Etats. Les frontières sont aussi contemporaines de la cartographie moderne….
Peu de frontières datent d’avant 1800. Depuis 1900, le nombre d’Etats a été multiplié par 5. Depuis 1945, on assiste à un véritable foisonnement des frontières : fin des empires puis fin du bloc de l’est. Environ 28000 km de frontières sont apparus depuis la fin de la Guerre Froide. Plus de 10% des frontières actuelles datent d’après 1990.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s