Allemagne

Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne entre 1875 et la Seconde Guerre mondiale

Sujet sans surprise, même assez cool puisque ne s’arrêtant qu’à la seconde guerre… Ce qui vous permet d’éviter de tout lâcher après les lois Hartz de 2004..

Socialisme, communisme et syndicalisme…. Les trois pôles doivent être étudiés en relation… D’où le problème avec votre cours qui est léger du point de vue du syndicalisme… Donc autant bien insister sur les relations entre communisme et socialisme, sur les luttes qui existent…
Et sur la première période (1875-1945) c’est assez net :
– le congrès de Gotha (1875) voit la victoire des Lassaliens, socialistes réformistes contre les marxistes révolutionnaires. le programme est réformiste et critiqué par Marx
– le congrès d’Erfurt (1891) transforme le programme en plus révolutionnaire, victoire des marxistes
– la question du révisionnisme de Bernstein (1899) confirme l’orientation marxiste intellectuellement parallèlement à une pratique réformiste
– le raccrochage du SPD à l’union sacrée en 1914 montre bien l’abandon du marxisme en tant que programme à suivre (puisque le marxisme est internationaliste et opposé à la guerre…)
– 1917 USPD, les communistes se détachent.. Les spartakistes font partie de l’USPD
– novembre 1918 : avec l’effondrement de l’empire, le pouvoir est confié à Ebert, chef du SPD…
– 1919 KPD
– et 1919 janvier semaine sanglante : les socialistes au pouvoir font tirer la troupe sur les Spartakistes et communistes

Ces événements sont une fracture à l’intérieur du mouvement socialiste, et elle perdure pendant l’entre-deux-guerres, même s’ils restent longtemps au pouvoir. Mais les communistes ne veulent pas s’allier avec le socialistes, à cause de cette trahison de 1919. Par ailleurs, les communistes, orientés par Moscou, doivent suivre la tactique classe contre classe et ne pas coopérer avec les socialistes, considérés comme des « socio-traîtres », puisque les communistes critiquent vertement le fait que les socialistes sont composés de nombreux bourgeois… La classe ennemie du peuple dans les textes fondateurs du communisme…
La fracture fait comprendre l’incapacité de la gauche allemande devant la montée du nazisme et la prise de pouvoir d’Hitler… C’est d’ailleurs cette prise de pouvoir qui fait changer Moscou de tactique et lancer celle des fronts populaires… Et c’est là que résidait la deuxième (ou troisième) étape du devoir…

Donc pour un plan….

I – fondation du SPD 1875-début XXe
II – les fractures 1914-1919
III – entre-deux-guerres 1919-1933

ou alors

I – fondation 1875 – 1914
II – fractures 1917 – 1933

Pour lancer la composition, quoi de plus stimulant que le constat de la défaite de la gauche en 1933… La victoire d’Hitler ne s’explique pas par les divisions de la gauche, elles accélèrent la victoire.. Le NSDAP a un énorme succès grâce à la crise économique et les qualités d’orateur de Hitler lui-même… Mais les divisions de la gauche, leur manque de cohésion autour d’un projet de société n’ont fait qu’exacerber le succès des nazis…

Pour les questions syndicales.. que reste-t-il du cours..? C’est vrai pas grand chose, comme dans toutes les productions en rapport avec ce sujet…
1892 unification syndicale avec Carl Liegen
fin XIXe, SPD + coopératives de production qui correspond à la mutualisation que l’on trouve dans le syndicalisme… ce mutualisme montre que le SPD est un parti ouvrier.. du moins au départ..
proximité des syndicats avec le combat des spartakistes et progrès des catégories non ouvrières à l’intérieur du SPD….Le syndicalisme reste important en Allemagne.. Hitler utilise cette habitude en créant des associations ouvrières nazies qui encadrent cette population (DAF par exemple et autres associations de loisirs…)

médias et opinion publique

Dans ce DS du 050220 en TLES le sujet 2 était simple, prévu dans les IO et tout et tout :
En vous appuyant sur les exemples étudiés au cours de l’année, vous traiterez le sujet suivant : médias et opinion publique dans les grandes crises politiques en France depuis l’Affaire Dreyfus.

Le sujet est sans réelle surprise, en tout cas du point de vue du programme.. En revanche, du point de vue des élèves, les choses sont plus complexes… Vous avez beaucoup à retenir et vous semblez penser que le récit vaut le coup, là où on attend une analyse…
Qu’on soit bien d’accord… L’analyse en question c’est percevoir les relations entre les médias et l’opinion publique… Sachant que le premier terme est simple à définir.. si on ne le réduit pas à la presse seulement, et que le deuxième l’est beaucoup plus.. Oui Bourdieu estimait que l’opinion publique n’existait pas. D’autres pensent que l’opinion publique a laissé la place à l’opinion de masse largement manipulée voire créée par les médias et surtout Internet… En tout cas ce qui est clair c’est que l’on cherche à voir comment évoluent les relations entre les médias et les citoyens… Pas l’histoire des médias.. La différence est difficile à faire, bien sur…

Exemple sur l’affaire Dreyfus….

L’histoire des médias, il faut la connaître. Les inventions, les améliorations de la production des journaux dans les années 1880 permettent d’augmenter les tirages. La loi de 1881 permet de libérer la presse. Le fait qu’il y ait des délits de presse n’est pas la marque d’une surveillance, mais au contraire d’une plus large liberté puisque les affaires de presse sont jugées avec un jury populaire.. Ce qui n’assure pas l’impunité des journalistes mais permet un jugement par des citoyens… C’est bien sur les dispositions de cette loi de 1881 que compte Zola lors de la publication de son article « J’accuse » en 1898 : il sait, et le dit explicitement, qu’en accusant tout le monde, des politiques et des militaires, il se met sous le coup de la loi… Mais c’est son objectif : passer en jugement pour qu’on ouvre à nouveau le dossier Dreyfus qui a été fermé par l’armée…Ce n’est pas la fin de l’affaire, au contraire, ce n’est que le début… Le procès Zola (1898) entraîne des réexamens du dossier Dreyfus. Un autre procès a eut lieu en 1899 qui condamne à nouveau Dreyfus, qui est gracié par le président. Nouvelle révision lancée en 1903, cassation du jugement de 1899 et réhabilitation en 1906…. Mais en fait tout cela n’est pas le fond du problème..
Les relations entre la presse et l’opinion publique sont bien montrées dans votre livre par les pourcentages concernant l’engagement des journaux… Ils sont majoritairement antidreyfusards, même si les proportions évoluent avec le temps. La presse, pendant l’affaire, défend soit l’armée, soit les droits de l’homme… Cela influence les citoyens, au delà de la simple information, on le voit dans la caricature de Caran d’Ache (sur le repas de famille qui tourne mal, 1898), elle même publiée dans la presse. Donc la presse influence mais relaye également l’opinion publique… Winock le dit : « qu’est-ce alors que l’opinion sinon la presse »… avec cette phrase, l’historien met en évidence que la relation que l’on étudie est quasi fusionnelle… Et c’est logique : la presse c’est le signe de la liberté nouvelle du citoyen rétablie avec la IIIe République…

Comme les deux paragraphes ci-dessus le font, certains d’entre vous ont d’abord évoqué la crise et ensuite les relations médias-opinion publique… C’est une solution…

Pour la suite, que faire… ?

Vous savez qu’après la presse, on se retrouve avec d’autres médias : la radio et la télé… le cours vous a entraîné vers l’histoire des médias, en particulier le rôle de l’Etat.. il ne faut pas l’oublier.. car cela, pour le coup, ça fait partie des relations médias-opinion publique… La radio et la télé, c’est-à-dire les médias audio-visuels ont d’autres qualités que la presse… Le caractère direct, on pourrait dire en jouant un peu sur les mots le caractère « immédiat » des ces deux médias fait peur aux autorités… Les rapports entre média et opinion sont donc d’une grande proximité, puisque la radio et la télé sont directement dans le foyer…
Le développement de la radio se fait après la 1GM, les stations se développant à la fois avec des capitaux privés et des capitaux publics. L’entre-deux-guerres est la conquête des ondes par l’Etat en France, même si des radios étrangères peuvent diffuser leurs émissions sur le territoire.
Le développement de la télé se déroule après la 2GM. Les équipements étant plus lourds, l’Etat prend les choses en main et seule une puis deux chaînes diffusent.
Les relations médias-opinion publique sont donc marquées par la présence de l’Etat… Les grandes crises concernant ces deux médias sont toutes celles qui restent dans le chapitre : 1934/1940/1958/1968…

Les fiches données en début de cours donnent les éléments qu’il faut absolument utiliser (dans les lignes « rôle des médias »)…
je reste stupéfait que certains élèves utilisent le 6 février 1934 que l’on n’a pas traité en cours…

Pour le plan…

I – la presse
II – la radio
III – la télé

c’est une option.. et en fait ça correspond à peu près à

I – années 1890 – 1920
II – entre deux guerres jusqu’à la Libération
III – depuis 1945

l’essentiel est dit !

Apple, chaîne de valeur

DM premières, questions 1 à 5 p 126-127 – barème 1+1+2+2+4
on retiendra pour le cours que le smartphone a été lancé sur le marché en 2007, en 10ans près d’1 milliard et demi d’exemplaires avait été vendus – La « chaîne de valeur » correspond à l’ensemble des entreprises intervenant dans le processus de production.. Elle doit permettre à une entreprisede construire son avantage concurrentiel. Donc , pour traduire, la chaîne de valeur c’est l’ensemble des sous-traitants délocalisés que l’on utilise dans les firmes transnationales pour multiplier les marges.
1 – Tous les types de pays participent à la chaîne de valeur…. Les pays pauvres comme la RDC et la Zambie, fournissent des matières premières. Les pays émergents comme la Chine, l’Inde et le Brésil, fournissent des matières premières et réalisent la fabrication. Les pays les plus riches apparaissent également, les Etats-Unis, l’Australie et l’UE, pour la fabrication des composants et la conception.
2 – Les principaux marchés correspondent aux pays dans lesquels sont localisés des Apple Store : on les retrouve dans les pays développés et les pays émergents ;
3 – La Chine est un maillon essentiel de la chaîne de valeur car on y réalise l’assemblage, la réalisation de composants, la fourniture de matières premières et la consommation (doc 1). Il faut signaler que c’est le seul pays au monde dans lequel toutes ces opérations ont lieu simultanément.. Dans le doc 2, une foule de jeunes chinois(es) s’affaire devant l’entrée de l’usine Foxconn. Le commentaire de la photo indique que à Zhengzhou, la moitié des I Phones du monde sont produits et que l’usine peut fabriquer un demi million par jour, en mobilisant 350.000 personnes. La part dans la production mondiale est suffisamment importante pour valider la position essentielle de la Chine. Le doc 3 est encore plus cynique puisque il est loué la flexibilité et la réactivité des usines chinoises, sans ignorer le coût réduit de la main d’oeuvre. En écrivant « là bas on peut tirer du lit 8000 ouvriers en pleine nuit et les mettre au boulot », le journaliste du New York Times met bien en évidence les avantages d’une dictature sur une démocratie : Apple profite de ces conditions pour la partie la moins onéreuses de la réalisation de ses appareils.
4 – Le débat actuel sur le système productif réside dans la délocalisation. D’un côté, Trump et ses électeurs n’attendent que des emplois. D’un autre côté, les entreprises réalisant les délocalisations argumentent sur cette pratique en avançant le fait que la richesse créée n’est pas dans les unités de fabrication mais les opérations réalisées sur le territoire des USA dans le domaine de la conception. Pour eux, ne sont délocalisées que les tâches les moins intéressantes et les moins onéreuses. D’un autre côté, les ouvriers des pays concernés sont beaucoup plus flexibles et le pouvoir beaucoup plus autoritaire : ainsi l’entreprise y trouve son compte. On évoque également la spécialisation des ouvriers asiatiques, ce qui paraît étonnant. Il s’agit sans doute plutôt de la flexibilité qui est attendue.
Synthèse :
importance des chaînes de valeur
L’exemple de Apple permet de comprendre que les FTN cherchent à produire beaucoup et pas cher, peu importe les conditions sociales et de travail qui ne sont pas dans leur souci. La délocalisation fait partie des méthodes appliquées dans le cadre de la mondialisation. Les chaînes de valeur permettent de produire à bas coûts des produits qui sont bourrés de technologies découvertes dans les pays développés. La production de ces I Phone est mondialisée tout comme la distribution… Ces choix permettent le succès et l’accumulation des marges !
Le limites de ces choix sont assez évidentes : elles creusent le chômage dans les pays développés et profitent du système social d’une dictature, exploitant les ouvriers. Ce que l’Occident ne peut faire à ses ouvriers, les entreprises occidentales le laissent faire par les Etats politiquement plus autoritaires.

George Sand

DM premières, questions 1 à 6 p 90-91

1 – Dans le premier extrait, G Sand fait référence au fait que, après la Révolution de février 1848, les révolutionnaires ont voulu construire un nouveau régime, républicain. Pour cela les députés travaillent pour écrire une constitution. Elle est publiée le 4 novembre, largement inspirée des idées de Lamartine. Le texte (doc 4) écrit en avril 1848 est donc écrit pendant cette période de travail avant la rédaction de la constitution : « à la veille de faire une constitution ».
L’autre référence « néfastes journées de juin », fait allusion à la révolte des ouvriers en juin 1848, suite à la suppression des Ateliers Nationaux. les affrontements font plusieurs milliers de morts.

2 – Les revendications sociales et politiques de G Sand
Dans le doc 4, il s’agit d’idées démocratiques : un seul individu ne peut avoir raison. C’est de l’ensemble du peuple que doivent venir les principes de l’ordre et de l’autorité(souveraineté populaire).
Dans le doc 1, les idées sont féministes : les femmes doivent s’engager en politique. Mais le problème réside dans le fait qu’à ce moment là, la femme reste soumise dans tous les domaines à l’homme. Il faut donc d’abord l’égalité entre les sexes pour pouvoir obtenir l’égalité politique.

3 – George Sand participe aux combats du féminisme et du socialisme essentiellement par l’écriture. Le doc 1 est une lettre adressée à des responsables politiques. Le doc 4 est un article d’un journal que G Sand fait paraître, « la cause du peuple ». Son usage de l’écrit va au delà puisque même dans la préface d’un de ses romans elle en profite pour exprimer ses idées politiques (doc 5)

4 – La caricature est avant tout un dessin dont les traits sont exagérés pour faire passer une idée ou discréditer quelqu’un ou quelque chose… Ainsi dans le doc 2, les femmes mises en scène par H Daumier sont représentées dans une attitude totalement hystérique et presque inhumaine. Cet état est dû au fait que le divorce serait remis en cause. Le message est simple, les femmes tiennent au divorce au point de proclamer « la patrie en danger »… Cela discrédite complètement la revendication du divorce par les femmes. Dans ce cas, il est donc évident que la caricature est une arme politique, comme un discours !
Dans le cas du document 3, on est davantage perplexe comme le dit le quatrain associé… En effet, G Sand ne paraît pas avoir les traits exagérés. Le petit portrait de la p 90 pourrait même nous faire voir qu’il y a de la ressemblance. Elle est habillée en costume d’homme, ce qui ne nous est pas étranger mais doit être remis dans son époque… Un simple tour sur Google images au nom George Sand nous permet de ne voir que très peu de représentation d’elle en homme… Qu’elle fut habillée en homme ne fait pas de doute, mais cette femme habillée en homme est scandaleux.. Là réside sans doute la caricature.. même si elle s’accroche à une fait réel ! Son déhanché est peut-être exagéré. elle fume une cigarette à la main gauche, sa main droite accroche son col. Mais c’est le décor environnant qui insiste davantage sur l’exagération : « chambre des députées », alors qu’aucune femme ne siège, « chambre des mères » pour faire la critique de la chambre des Pairs, avec un jeu orthographique.. Comme si les mères pouvaient prendre la place des Pairs et que les féministes confondaient l’orthographe de Pairs et Pères…. Nous sommes en 1842, sous la monarchie de Juillet, les deux chambres (Députés et Pairs) existent…En bas se trouvent les textes de G Sand. Les nuages évoquent le rêve pour bien insister sur l’utopie du féminisme…. Bien sur le quatrain se termine par le fait que le génie est abstrait et qu’il n’a pas de sexe… est-ce à dire que le génie ne dépend pas du sexe ou que le génie n’a pas de sexe, dans le sens asexué, comme montre cette femme habillée en homme… Il faudrait alors comprendre que G Sand a peut-être du génie, mais elle n’a pas de sexe, donc ce n’est pas une femme… insulte suprême, mais un peu intello…. trouvé sur internet : « Le caricaturiste fait un portrait charge de George Sand pour attaquer son féminisme et tout ce qui scandalise son époque : elle s’habille en homme, elle fume, elle a choisi un pseudonyme masculin et elle écrit des ouvrages qui prônent l’égalité entre hommes et femmes ! » site d’un prof qui a tout compris…et la BNF commente cette image ainsi : « George Sand fume la pipe et a de nombreuses liaisons (Musset, Chopin, pour les plus connues). Elle s’habille avec des tenues masculines, pour leur confort et leur moindre coût et aussi parce qu’elles lui permettent d’investir les lieux publics réservés aux hommes.
Cependant George Sand n’a pas cherché à être comme un homme. Elle dira : « Je n’ambitionne pas la dignité de l’homme. Elle me paraît trop risible pour être préférée de beaucoup à la servilité de la femme. Mais je prétends posséder aujourd’hui et à jamais la superbe et entière indépendance dont vous seuls croyez avoir le droit de jouir. » »

5 – la valeur au coeur de l’engagement de G Sand est bien l’égalité. Dans le doc 1 il s’agit de l’égalité entre sexes. La femme ne peut pas exercer des droits politiques si son statut social n’évolue pas. Dans le doc 4 il s’agit de l’égalité entre les citoyens qui refoule donc le pouvoir de l’homme isolé.

6 – G Sand (1804-1876) est d’abord une écrivaine. Dès 25 ans, Aurore Dupin, selon l’état civil, prend un pseudonyme masculin et publie. Libre et passionnée, elle s’engage en politique dans les années 1840, sans que cela soit apprécié dans ce milieu exclusivement masculin. La Cause du peuple, le journal qu’elle crée après la révolution de 1848, relaye ses idées et tout d’abord l’égalité, mais également la justice sociale et la solidarité. Mais l’égalité qu’elle prône n’est pas seulement entre les hommes mais doit s’élargir aux femmes. Féministe avant l’heure, portant costume d’homme, elle doit affronter l’opposition toute masculine tant politique que littéraire (Daumier, Baudelaire). L’époque n’est pas prête à l’égalité des sexes comme le montre le portrait charge d’Alcide-Joseph Lorentz. Elle est proche des socialistes et défend une réelle égalité, entre citoyens et entre hommes et femmes. Malgré ses revendications d’égalité auprès des mouvements de gauche, ses idées n’arrivent pas à passer dans les décisions. La Réaction du parti de l’Ordre puis le second empire auront raison de son féminisme.

frontière USA-Mexique

DM de TS p 285
sujet : DM p 285 TS
PB : en quoi cette interface Nord-Sud est-elle à la fois un espace d’intégration et de fracture ?

1 – La frontière est un facteur de dynamisme car elle confronte deux territoires différents. D’un point de vue économique, les délocalisations américaines se concrétisent dans les maquiladoras qui exportent leurs productions aux USA. Les IDE étatsuniens stimulent l’emploi mexicain. D’un point de vue démographique, la croissance des villes correspond à ce dynamisme économique : les villes des états américains frontaliers ont des villes soit très peuplées soit à la croissance très importante. La question de la présence mexicaine aux USA (plus de 20% dans la population) correspond à deux faits. Tout d’abord le fait que ces états là étaient mexicains avant d’être étatsuniens, ensuite, les échanges depuis que cette frontière est dans la situation actuelle…

2 – MEXAMERIQUE, MEX pour mexique et AMERIQUE pour les USA. L’espace transfrontalier est créé par la frontière qui n’est plus qu’une barrière mais l’occasion de phénomènes particuliers. Ainsi les deux cartes permettent de repérer la présence de Mexciains des deux côtés de la frontière mais également de très nombreux flux qui sont marqués par le différentiel de développement (touristes contre migrations/ capitaux contre drogue). Le fait de choisir ce nom -Mexamérique- insiste sur le fait que cet espace mélange des acteurs des deux pays.

3 – Cet espace transfrontalier est naturellement un espace de séparation puisque c’est le principe de la frontière de séparer. La séparation se retrouve dans l'(activité criminelle. Le doc 3 insiste sur les différences entre les villes jumelles. Dans le cas de Ciudad Juarez (Mexique) et El Paso (USA). Au sud, 3000 homicides se sont produits en 2010 alors qu’il n’y en a eu que 5 au nord. Cependant la criminalité est des deux côtés : la drogue arrive aux USA alors que les armes et l’argent passent des USA au Mexique… Mais la violence reste au Mexique ! La frontière devrait pouvoir empêcher ces échanges criminels mais, malgré le mur, le no man’s land (doc 4) et les patrouilles, tout le monde ne peut être fouillé (doc 3).

4 – infos :
revenus => surface
flux => ligne
villes => point

5 – fonctionnement d’une interface
a – différentiel de développement
b – lieux de passages (villes jumelles)
c – échanges inégaux

6 – la frontière américano-mexicaine est
– un espace d’intégration
=> démographiquement – les Mexicains sont partout
=> économiquement – échanges – flux
=> criminellement – échanges drogue/armes-argent
=> villes-jumelles
– un espace de fracture
=> inégalités des flux
=> criminalité – violence
=> mur-séparation
=> économiquement – différentiel de revenus

corr DST HGSPG

sujets :
sujet 100120

Question quantité… Il me semble qu’à partir du moment -en 1ere – où vous arrivez à donner 2 paragraphes par parties, vous êtes crédibles (+ intro et CCL)… et dans l’ensemble vous l’êtes… mais heureusement que ce n’est pas un critère pour avoir la moyenne par exemple !

sujet I sur les USA, sujet zéro pour ceux qui ne l’avaient pas reconnu….
La problématique est une non-problématique… Vous voulez en formuler une autre ???? Comment se manifeste la puissance mondiale des USa aujourd’hui ??? ça vous va.. ? Ou bien « en quoi les Etats-Unis sont-ils toujours une grande puissance ? »…

Accroche de l’intro ? idées en vrac : la nouvelle frontière de JFK – 1961, un mythe encore aujourd’hui / les outrances de Trump depuis 2016 / le dernier star war ou les derniers disney 2019… tous les jours vous avez quelque chose sur les USA… vous n’avez que l’embarras du choix….
le plan proposé :
I – diplomatique et militaire (= Hard power)
II – économique et financier (= tout pareil)
III – culture (soft power)
en visant 2 paragraphes par partie :
I – diplomatique et militaire (= Hard power)
1 – l’armée des USA – GI – 1er budget du monde – intervention 2001-2003 – flottes américaines – pentagone – drones –
2- la diplomatie américaine – bien mise en évidence par Trump = face à la Corée – face à la Chine – face au monde entier : retrait UNESCO et accord sur le nucléaire iranien – ONU – 1er contributeur –
II – économique et financier (= tout pareil)
1 – 1ere puissance ou presque depuis environ 1 siècle – ex des GAFA à développer- concurrence chinoise mais 1ere place dans nombreux domaines – précédents historiques : GF et plan Marshall, accords de Bretton Woods –
2 – monnaie internationale – grand centre de finance – bourse de New York, Wall Street, indices Dow Jones et Nasdaq – puissance des CBD des métropoles US : Manhattan surtout avec gratte-ciel –
III – culture (soft power)
1 – la langue – l’anglais – favorise diffusion de produits culturels – langue internationale pour tous les domaines, surtout TIC…
2 – le cinéma – à la fois dans sa production (13% de la production mondiale de film, plus de 1700 films par an) mais également dans le fait que ça fait connaître les USA, et particulièrement NY.. paysages US qui deviennent familiers.

sujet II sur le soft power… il était dans le livre ou presque… p 128-129…
on vous y propose un plan, en fait celui qui était dans les consignes… que vous pouviez suivre, sans souci…. démonstration :
I – le soft power, un instrument privilégié pour affirmer sa puissance
II – les formes de l’affirmation du soft power
III – les plus puissants sont les plus performants dans son utilisation
vous pourrez voir sur le manuel ce qu’on vous propose… Vues vos copies, on doit faire attention à la quantité également… La plupart d’entre vous ne sont pas encore au top, mais on franchit déjà la feuille double, ce qui est déjà pas mal… Voilà ce qui serait faisable :
I – le soft power, un instrument privilégié pour affirmer sa puissance
1 – le soft pallie aux difficultés du hard power qui est parfois difficile à appliquer => échec US = retrait en IRak (2009), en Afghanistan (2011) , risque de crise (2008), les aléas humains, cf Trump incendiaires à la maison Blanche (depuis 2016)
2 – le soft power permet d’affirmer sa volonté sur les autres sans usage de la force ou de la contrainte… ex : multiplication des célébrations du nouvel an chinois dans le monde entier influence de la culture chinoise / accueil des étrangers, étudiants ou pas aux USA / force de l’Europe en Afrique et attraction vers l’Europe….
II – les formes de l’affirmation du soft power
1 – la langue
2 – arts et techniques
III – les plus puissants sont les plus performants dans son utilisation
1 – l’affirmation des USA par la puissance des GAFA entre autres….
2 – le soft power dans le cadre de OBOR…. puissance d’influence manifeste…

chaîne de valeur Apple

L’iphone fut présenté pour la première fois en 2007. 10 ans plus tard pas moins de 1,4 milliard étaient vendus… L’exercice propose d’étudier la chaîne de valeur ajoutée… Définie comme « ensemble des entreprises qui interviennent dans le processus de production… » (p 122) la chaîne de valeur regroupe les étapes du système productif, l’ensemble des territoires regroupant les sous-traitants,territoires qui possèdent ainsi des avantages comparatifs car le coûts du travail, les taxes et le système fiscal, voire des exonérations de taxes douanières…

documents :

document 1
doc 1 p 126

document 2
doc 2 p 126

document 3 et questions…
doc 3 p 126

1 – types de pays participant à la chaîne de valeur de l’Iphone…
On doit se focaliser sur les pays coloriés en jaune.. On repère dans cet ensemble des PAYS DEVELOPPES (France, Allemagne, GB…), des PAYS EMERGENTS (Brésil, Inde, Chine) et des PAYS EN VOIE DE DEVELOPPEMENT (RDC, Zambie)… On ne peut pas vraiment associer tel type de pays avec tel type d’action. Les pays en voie de développement (deux PMA) ne fournissent que des matières premières. Mais les pays émergents et les PID fournissent des composants, d’autres des matières premières et tous ont des Apple Store. La Chine a une place particulière, accueillant les entreprises d’assemblages des appareils.

2 – Les principaux marchés visés par Apple se situent dans les pays développés et les pays émergents (doc 1). Les pays développés sont loin devant : 271 aux USA, 113 en Europe Occidentale, 22 en Australie. Les pays émergents sont moins représentés par le nombre de magasins, la Chine étant en premier (50 magasins) loin devant les autres pays émergents. Il ressort de ces constats que Apple cherche surtout les marchés solvables des pays développés.

3 – Les 3 documents présentent la situation particulière de la Chine. Dans le doc 1, le cas de la Chine rassemble plusieurs éléments de la chaîne de valeur : l’extraction de matières premières, la production de composants, les seules usines d’assemblages des portables et enfin 50 Apple store en 2018. La photo du doc 2 présente l’entrée de l’usine Foxconn, le principal sous-traitant d’Apple, dans laquelle peuvent travailler jusqu’à 350.000 personnes pour produire 500.000 iPhones par jour. Cela suffirait pour établir que la Chine est un maillon fondamental de la production puisqu’elle se fait réellement qu’en Chine. Mais le doc 3 ajoute des précisions. En effet ce document évoque les conditions sociales lamentables de la Chine qui permettent à l’entreprise américaine d’engranger des profits qu’aucune autre entreprise du secteur n’arrive à accumuler. Les remarques concernant la localisation et les emplois sont abordés ensuite. La Chine est située à plusieurs étapes de la fabrication : au départ avec des terres rares, en cours de réalisation avec des composants fabriqués sur place et enfin pour l’assemblage final. Si l’essentiel de la valeur de l’iPhone vient de sa conception, il est évident que sans les usines chinoises, Apple ne pourrait pas vendre ses produits.

4 – Le débat évoqué par l’article de Numerama de septembre 2018 concerne les choix opérés par Apple. en effet, Trump évoque la possibilité de relocaliser aux Etats-Unis les unités de production. Or la firme répond en plusieurs points. Tout d’abord la richesse créée dans ces usines de production est réduite. Le coût de fabrication de l’appareil n’est pas, et de loin, le poste le plus lourd dans le prix de l’appareil. Rapatrier la production ne ramènerait pas autant de richesse que l’on croit.. Mais il faut reprendre l’argumentaire du président des USA. Trump s’appuie sur les droits de douanes qui vont fatalement augmenter avec les tensions commerciales (créées d’ailleurs par ce même Trump). Au delà de cette question, le président voit surtout les emplois et le mouvement que cela pourrait créer. Mais là où il fait un calcul qui semble électoraliste, Apple fait un calcul entrepreneurial : la marge possible en Chine ne le serait pas ailleurs.
Il faut enfin signaler le cynisme de l’article à propos des conditions sociales des travailleurs chinois. Ce qui est décrit ressemble à s’y méprendre à de l’esclavage ou au moins une soumission totale (être réveillé en pleine nuit…)sans compter les 60 heures de travail hebdomadaire qui sont réalisées par les ouvriers. La question des qualifications se surajoute, et paraît bien peu crédible par rapport à la disponibilité complète que les dirigeants peuvent avoir en Chine… Cette flexibilité et le faible coût de cette main d’oeuvre permettent une plus value impossible avec des ouvriers américains.
L’un défend des emplois, l’autre ses bénéfices : la délocalisation semble avoir encore un bon avenir !

CCL Importance et limites des chaînes de valeur pour les entreprises engagées dans la mondialisation.
– la mondialisation permet de créer ces chaînes de valeur, qui mettent en concurrence les territoires et leurs avantages comparatifs. Les FTN organisant leur production à l’échelle mondiale bénéficient à plein des modifications libérales concernant les échanges mondiaux.La mondialisation a ouvert la route à la constitution des chaînes de valeur pour les entreprises occidentales.
– la totalité de la production d’Iphone vient de Chine, où l’on fait travailler des milliers d’ouvriers dans des conditions sociales lamentables. L’entreprise trouve en Chine des conditions de travail et de salaire qu’elle ne peut pas trouver dans les ¨PID. Parallèlement, les FTN laisse localisée dans leur pays d’origine, les activités à haute valeur qui, elles, ne sont pas délocalisées.
– les limites sont nombreuses et sont en grande partie citées dans ces documents. La plus importante est le différentiel social sur lequel jouent les FTN en délocalisant dans des pays à bas salaires. d’autres limites existent comme celles de la pollution provoquée par les flux maritimes : plus de la moitié de ces flux sont des flux intra-groupes, c’est-à-dire qu’ils servent à déplacer des semi-produits jusqu’à l’assemblage final. La pollution concernant ce genre de production se voit aussi dans l’utilisation des terres rares dont l’extraction est particulièrement sale et l’absence de recyclage des appareils usagés.

DM 201219 puissance américaine

Spé 1ere HGSPG
proposition de correction pour le Dm dont le sujet est là : DM puissance américaine

Le seul souci dans ce Dm c’est que chaque question était divisée en 3 questions.. Certains ont eu le réflexe de faire la question 1a, puis 1b, puis etc… Les autres se sont sans doute dit qu’un paragraphe pour chaque c’était bien suffisant… Beh non…

Tout à fait entre nous, je peux vous rassurer : quand vous avez entre 8 et 10, je ne m’inquiète pas pour vous, 16 ou 20 c’est excellent !… les autres je me demande si vous avez pris suffisamment de temps de réfléchir ou si vous prenez votre travail pour de la merde… Donc j’hésite entre incompréhension sincère ou négligence à vomir…

Voilà dans l’idéal ce que ça pouvait donner…

On ne vous demande pas de présenter les documents… On ne surcharge pas la copie, donc.. Mais pour la correction, je me permets…
doc 1 : extraits de revue de vulgarisation géopolitique – 2018 – article sur l’antiaméricanisme – F. Louis ( bonjour bel inconnu !) –
doc 2 : nombre de migrants, tableau stats, source ONU, au dessus de tout soupçon… pour nous en tout cas ! 2017
doc 3 : deux graphiques l’un sur le déficit (2019 – source US gvt)et l’autre sur le classement des pays exportateurs en 1999 et 2017 (source OMC)- DEFICIT, pour un Etat : solde budgétaire négatif = les dépenses publiques sont supérieures aux recettes publiques / DETTE : ensemble des emprunts contractés… Donc pour financer le DEFICIT, un Etat peut recourir à l’emprunt, donc augmenter sa DETTE…. Les deux sont corrélés comme on voit…
doc 4 : carte des cables et data centers.. source CARROUE, yeah !
doc 5 : extrait de manuel de Géo, 2016 à propos de la puissance US, hyperpuissance d’ailleurs comme le dit Védrine, signalé dans le vocabulaire au passage…

En somme, 2 textes, 2 graphiques et une carte… la question est une PB classique : existe-t-il un déclin américain??? et la réponse est dans la question : Oui mais.. et on concluera, avec le doc 5 et le questionnaire, que le déclin est relatif et que le monde est « postaméricain », donc les USA doivent trouver une place, qui reste celle de 1er mais moins loin des autres …. à moins qu’il ne soit plus tout à fait 1er… ce qui explique Trump !

questions – réponses rapides. la rédaction peut aller d’un recto verso à 2 feuilles doubles… enfin, c’est ce que vous avez fait….

1a – fragilités docs 1-3-5
doc 1 – antiaméricanisme.. qui vient pour les uns de la jalousie (ça je peux pas supporter comme explication.. genre c’est quoi le problème des adultes, c’est la cour de récréation) donc bullshit, et pour les autres c’est la conséquence de la politique étrangère US… 11 septembre 2001, dans de nombreux pays, des manifestations de joie…. bien fait pour leur gueule … Ouais, c’est le vulgum pecus de la rue qui disait ça, mais ça confirme que quand les USA sont partout et font ce qu’ils veulent ou presque , si quelqu’un arrive à taper les USA, on est content… vous disiez ??? cour de récréation ???
doc 3 – la dette = emprunts… aussi importante que le PIB (107%)… un déficit énorme.. Le déficit des années 1950 correspond au plan Marshall, les USA donnent pour avoir des partenaires économiques, ils financent la guerre froide pour défendre la démocratie… les dettes et le déficit augmentent avec l’engagement dans la guerre contre le terrorisme => affaiblissement car engagement militaire…

doc 5 – la fragilité énoncée est ma concurrence des autres pays et le fait que des pays ont pris un poids qui les a rapproché des USA… c’est ce qu’on développe dans la question 1b

1b – quelles concurrence docs 3-5
doc 3 – concurrence économique : exportation.. le volume global augmente.. c’est la mondialisation !!! les US ont multiplié par 2,5 leur exportations mais ça suffit par pour être 1er… et toujours talonné par Allemagne…
doc 5 – la Chine concurrence économiquement + Inde et Brésil (« dans une moindre mesure ».. faut quand même pas oublier que la comparaison tourne vite à l’avantage des US à propos de ces 2 pays….) + Russie, dont l’opposition n’est pas tant économique que géostratégique.. ancien adversaire, qui ne veut pas se laisser mener par le bout du nez… Mais dans tous les cas, quand un pays a des aptitudes dans un domaine où il peut concurrencer les USa, il manque d’autres domaines…

1c – les fondements de la puissance qui restent… doc 2-4-5
doc 2 – les USA restent très attractifs… manière de vivre, les études…. pays de migrants… et des quotas de migrants aussi malheureusement…!
doc 4 – les USa semblent indépassables dans les NTIC, vu les GAFA… et la carte !!!
doc 5 – question militaire…Chine tient pas le coup..

les questions du 2 étaient intitulées « développez des arguments »… Pourquoi ne pas développer ???? De loin, on dirait presque le plan d’un devoir 1/ il est puissant 2/ il est remis en cause 3/ c’est un monde nouveau…
2a – Les éléments confirmant la suprématie planétaire… ça ressemble à 1C… mais il faut développer….
Les trois documents visés amenaient à trois points de vue :
– la maîtrise du hard et du soft power que l’on ne peut réfuter dans le cadre américain… Les USA restent un grand pays économique, une grande puissance militaire… Mais également une grande source de soft power doc 1 et doc 5
– l’attractivité doit être étayée puisque les docs ne nous donnent que le résultat de l’attractivité, à savoir les migrations… Pourquoi les US attirent : manière de vivre, american way of life, la liberté, la musique, les pionniers, les études, le dollar… doc 2
– la domination du secteur des NTIC doc 4.. ils sont largement devant, là où l’électronique était plutôt quelque chose de japonais dans les années 80 et 90.. Aujourd’hui, le numéro 1 dans ces domaines c’est les US

2b en quoi le déclin est relatif…
ben en fait on le dit depuis le début :
très fort dans de nombreux domaines les USA se voient de plus en plus concurrencés.. Economiquement, la Chine, mais aussi d’autres sous traitants. Militairement , un peu la Chine, mais de loin. Idéologiquement, d’autres prennent le relais, Chine, bien sur, mais aussi Russie, l’Europe n’y arrive pas mais elle aurait de la ressource pour suivre !!!! En fait le déclin est relatif car les US ne déclinent pas, ils ne sont plus seuls, c’est tout… Trump en rajoute : au moment où la compétition devient rude, il se retire, et fait cavalier seul.. ce que Badie appelait tout à l’heure à la radio, la « diplomatie électoraliste »… Trump se fiche du monde, ils ne pensent qu’à ses électeurs américains… Tout pour ma gueule et rien pour les autres : le soft power en prend un coup ! La concurrence met les USA dans une position qu’ils ne connaissaient pas depuis 1945 car pendant la GF les USA défendaient un modèle.. Aujourd’hui tout le monde a le même, c’est à dire le leur !!! Ils sont concurrencés sur leur propre terrain !

2c – transition
l’essnetiel de la réponse est dans l’expression du doc 5 « monde postaméricain ».. C’est la grande transition entre l’hyperpuissance (je suis seul au monde) à la multipolarité (on est obligé de décider à plusieurs…)..

Les avis qui sont donnés dans ces docs, tout comme les chiffres font partie du cours.. enfin, il serait idiot de ne pas les considérer comme en faisant partie…

BB1 TS correction ou presque

C’est quand même beaucoup plus simple quand on sait sur quel sujet on va tomber.. Dans l’ensemble vous avez fait l’effort du siècle pour apprendre les stats nécessaires données dans le cours pour traiter ces sujets, typiques de la 1ere partie du programme et qui font partie, ne nous cachons pas, des sujets les plus posés…
Certains ont des fiches super au point.. C’est génial.. Enfin je veux dire c’est très fastidieux de mon côté.. 30 fois la même définition, avec des variantes.. Carroué, Carrouet, Carrouer… interconnexion diverse de territoires. interconnexion complexe de territoires différents.. toute la déclinaison y est passée.. Mais bon..

Il est de mon travail de vous donner une entrée, un petit truc pour démarrer, une petite recette quoi.. et j’ai horreur des recettes .. Mais il est de votre ressort de prendre conscience que si la même chose, exactement, arrive dans deux copies différentes (et que ce n’est pas sur le net) on va penser au mieux à de la fraude, au pire à du recopiage servile du prof ou du énième volume de « je passe le bac en 10 leçons »… sachez que vous devez vous débrouiller de paraître le moins bête possible.. Et la copie pour cela n’est pas la bonne solution. Dans tout ce propos qui sentait le cours de Gaby -et c’est déjà beaucoup – je veux quand même signaler les quelques uns qui ont pris le temps de personnaliser davantage leur propos.. Avec des exemples pris ailleurs, dans le manuel, par exemple, sur internet au pire… Donc gardez en tête, surtout si vous êtes à plusieurs dans la même salle, de garder votre originalité, votre analyse personnalisée des choses…

Pour le sujet 1, assez peu choisi, les candidats ont dans l’ensemble tenu le propos le plus géographique possible,, reprenant la légende du croquis… de la belle géo de grand-papa ! Super. Vos catégories sont rapides, mais peut on vous en demander davantage..? On reviendra sur les schémas… pour l’instant ça passe peu.. Donc comme d’hab : I – les dynamiques structurant la planète.. je vous ai prévenu que « centripète » et « centrifuge » c’était du Gaby.. donc vous avez à expliquer ce qu’est le « centre » par exemple, en évitant un centre-nord automatique…. II – les facteurs de la mondialisation et III – l’intégration des territoires.. N’hésitez pas à dire dès le début que le sujet amène forcément à étudier les différents territoires selon leur intégration à la mondialisation… Du coup si ça vous chante de faire un plan Typo, allez y : 1 – territoires-centres 2 – territoires associés et exploités 3 – territoires marginalisés

Pour le sujet 2, on voit mal comment, en TS au moins, éviter de suivre le libellé : acteurs / flux / débats… Problème immédiat : les débats… On a sabré un peu la question dans nos cours ultra rapides.. du coup votre partie débats est un peu faible… Reprenez le bouquin, tout y est ! En revanche, certains ont jugé utile de balancer l’étude de cas.. Oui, je comprends, vous l’avez sous la main, vous pouvez vous en servir, mais attention.. Contrairement à l’autre libellé où l’EDC est explicitement attendue, là elle ne l’est pas forcément.. Donc utilisez la mais à bon escient, faites, là encore, fonctionner ce que vous avez entre les deux oreilles… La PB n’est pas sur l’EDC, mais sur la mondialisation elle-même…

Pour la partie Histoire….BB1 TS doc DEC 2019

Dans vos intro, difficile de passer à côté du schéma habituel
1 – le PMO c’est le Bronx
2 – donc on peut se demander en quoi c’est le Bronx…
Au bout du 2eme le correcteur pleure. Au bout du 4eme il insulte les copies… Au 5eme il met la télé ou consulte son réseau social préféré…
Faites attention !
Si vous voulez partir du constat que la région est agitée, il y a suffisamment d’événements ( récemment : drones iraniens et américains dans le Golfe -octobre-, attaques turques en Syrie -octobre encore-, tir de roquettes sur Israël et réponse militaire sur Gaza -décembre-…) pour que vous en chopiez un pas trop ancien pour vous poser la question mais bon sang que se passe-t-il ? en évitant les jugements de café du commerce du style « il y en a pas un tranquille » ou « ils sont toujours en train de se plaindre »… oui, oui, j’en ai trouvé !!!!

Apparemment, le libellé de la consigne vous a empêché de développer votre esprit critique.. Pourtant vous êtes critiques, mais là y a plus personne.. Et je ne compte pas les « comme le dit K Annan », « comme le montre le doc »… L’exercice s’appelle « analyse ».. Donc vous devez démonter les docs.. Dans tous les sens du terme… Rien de plus insupportable que de voir des élèves pas trop bêtes devenir aussi consensuels que ce que vous le faites avec les documents…

Un peu de CultureGé pour commencer. Kofi Annan était un Ghanéen né en 1938 et mort en 2018. Il a été secrétaire général de l’ONU entre 1997 et 2006, succédant à Boutros Boutros Ghali auprès de qui il avait été en charge du maintien de la paix depuis 1993. Il a commencé sa carrière à 26 ans en entrant à l’OMS… Tout cela vous était inconnu, OK. Le communiqué de presse se tient donc à la fin de son mandat.. le « je quitterai mes fonctions » pouvait nous le faire penser… D’autre part le côté bilan de l’extrait faisait un peu fin de mandat… Bref !

Le doc 2 est un doc de prof pour élèves.. vous le dites comme vous voulez mais c’est du fait sur mesure, avec une légende déséquilibrée, mais bon, on est pas là pour taper sur les collègues ! On avait tout : les ressources, la religion, les occidentaux, le conflit israélo-palestinien, le commerce mondial, le rôle des USA… de la bonne tartine ! Et donc aussi simplement que cela, on reprenait les différentes thématiques abordées par les deux docs, on classait, quitte à reprendre le plan du doc 2 : 1 – enjeux, 2 – conflits….

BB1 TLES correction ou presque

impressions de correction
ça bosse fort, en Géo ! En revanche plusieurs ont utilisé la crise de 2008 en guise d’accroche… Sachez donc que les deux premières fois on se laisse accrocher, mais ensuite, il faut beaucoup de volonté pour accepter la récurrence… Non je n’ai pas de solution, c’est l’effet de masse et de rang.. En revanche pour la partie histoire ça s’annonce cacastrophique… vous le saviez pourtant que Pearl Harbor c’est en décembre !!! Non ? Il est temps de l’intégrer !!

En Géo, la correction n’est pas hypra nécessaire puisque vous avez des fiches qui ont l’air dans l’ensemble assez potables.. Vous pouvez oublier des éléments.. certes, mais, dans le fond, un oubli n’est rien à côté des grosses maladresses de rédaction répétées ou de mauvaises compréhensions des phénomènes présentés… Ce qui veut dire que vous avez tout intérêt à ce que votre propos soit fluide et compréhensible.
Comme le disait un green fellow of mine, « La communication vous devez négliger ne pas »…

Le plus efficace reste pour le sujet I
I – le portable
II – processus et acteurs
III – flux
on peut même tenter :
I – portable et en parallèle processus
II – acteurs
III – flux

Pour le II c’est plus complexe… D’un autre côté, ceux qui ont suivi le plan du cours s’en donnent à coeur joie dans les description.. et là, pour le coup, c’est bien de la géo.. Sauf qu’il va falloir mettre un peu d’ordre… la logique est la suivante :
D’abord je montre l’action de la mondialisation sur un territoire comme New York par exemple… Mondialisation – métropolisation – fragmentation socio-spatiale – gentrification – inégalités… mais je pourrais le montrer à différentes échelles, comme on l’a fait pour Rio ou la Chine
Ensuite, je me penche sur les facteurs qui jouent dans la différenciations des espaces à cause de la mondialisation…ce qui cause les constats faits dans le I… à savoir, les infrastructures (portuaires, aéroportuaires, financières / gratte ciel, touristiques, productives ), les ressources, les pouvoirs, l’action de l’Etat (aménagements style zone franche, ZES)
Enfin, je peux éditer un classement des territoires selon leur intégration à la mondialisation… en essayant d’éviter la récurrence de Triade, Nord- Sud car ce ne sont plus des catégories opérantes.. ni pauvres – riches… On peut distinguer :
– les centres d’impulsion de la mondialisation (mégalopole – USA)
– les territoires associés aux centres (Canada, nord du Mexique, sudeste brésilien)
– les territoires et pays émergents (reste du Mexique, Brésil)
– les périphéries exploitées (Amérique centrale, OPEP)
– les PMA

PARTIE HISTOIRE : BB1 HIS 2.1 TLES dec 2019

consigne => « en replaçant les deux documents dans leur contexte et en les confrontant, montrez les étapes, les caractéristiques et les limites de l’affirmation de la puissance américaine dans le monde depuis Wilson jusqu’aux années cinquante »

donc 4 ou 5 temps :
1 – présentation
2 – les étapes
3 – les caractéristiques
4 – les limites
5 – CCL ?

1 – présentation
Le doc 1 est un article de février 1941 par un grand patron de presse américain, intitulé « le siècle américain ». L’auteur, Henry Luce, reprend les tendances de la présidence Roosevelt. Elu en 1932 en pleine crise mondiale, Roosevelt, démocrate comme l’était Wilson, en est , à la date du texte, à son 3eme mandat et il vient d’être réélu en novembre 1940. Cet article fait donc partie de l’attente de la prise de pouvoir du nouvel élu : on regarde le passé et on espère un meilleur futur. A cette date, la guerre est engagée en Europe depuis un an et demi. Les Etats-Unis ne participent pas, les sondages ne vont pas dans ce sens. Roosevelt soutient de loin l’effort de guerre britannique sans que ce soutien soit très franc. L’année 1941 est celle de l’engagement, d’abord avec la signature de la Charte de l’Atlantique en août et l’attaque de Pearl Harbor en décembre. Ce texte reprend donc les tendances qui ont précédé cet engagement qu’il semble attendre de ses voeux espérant un « internationalisme américain ».
Le doc 2 est une affiche du PCF dans un contexte très différent du document précédent. Les communistes français s’opposent avec cette affiche au plan Marshall, déployé depuis 1947, après que Truman ait énoncé sa « doctrine », à savoir l’aide nécessaire à apporter aux pays dévastés par la guerre pour empêcher les communistes de faire main basse sur eux. La pieuvre est intéressante, elle avait servi à montrer la crise sur une couverture d’un magazine… démonstration :
crisis pieuvre
Th. Heine – [Karikaturenalbum Interbellum] Crisis – Hamburg 1931

Dans ce contexte de guerre froide, en pleine guerre de Corée (1950-1953) l’affirmation de la puissance américaine prend une autre allure, et un certain nombre de parallèles sont possibles entre les deux documents, malgré leur différence de contexte. Car dans les années 1940 et 1950, la puissance américaine s’affirme comme jamais dans le monde…

2 – les étapes.
en gros
– isolationnisme à définir, cité dans le doc 1.. pour la période d’avant 1919.. mais aussi pour la période d’entre-deux-guerres
– 1917-1919 : intervention de l’armée américaine, mais aussi du président Wilson qui construit le règlement de la paix, Versailles, 1919, SDN… d’où ce que dit LUCE : occasion en or / opportunité sans précédent / mais qui n’est pas confirmé par le Congrès majoritairement républicain.. « Wilson l’a mal gérée. nous l’avons rejetée »
– entre deux guerres : raté puis tué… dit le texte.. En fait, les investissement américains débarquent partout, surtout en Allemagne et Autriche… mais parallèlement isolationnisme diplomatique, comme on a vu juste avant… Roosevelt a été isolationnaiste, au moment où il fallait lutter contre la crise : intervention de l’Etat, financement de travaux d’intérêt collectif comme la TVA, Tennessee Authority Valley… et le New deal….
– 2GM => les docs n’en parlent pas.. juste l’attente de LUCE
– GF : avec le doc 2, même si les orientations de la doctrine TRuman sont des idées déjà exprimées dans le doc 1….

3 – les caractéristiques
– objectif : doc 1 : conduire le monde / nourrir le monde (bon samaritain) + les armes
– libre entreprise – liberté – progrès capitalisme libéral / libéralisme / individualisme ?
– présence financière dénoncée dans le doc 2 mais bien réelle dans les années 20 et 30….
– présence militaire : après la 2GM, OTAN et bases américaines en Europe… US seuls au Japon…
– doc 1 => devoir (on dira destinée) manifeste / universalisme ( => ce que disent les Américains et ce qu’ils vivent est bon pour tous les humains : révolution, indépendance, droit des peuples à disposer d’eux mêmes, valeurs de la révolution US et de la république US…) siècle américain… c’est gonflé de parler de siècle américain au moment où Hitler annonce un Reich de 1000 ans… certes c’est plus modeste ! ATTENTION sur ce sujet on est très près du point suivant… peut-être à utiliser comme transition

4 – les limites
– doc 1 fait preuve d’une très haute idée de soi et donc d’un désir de dominer… ce désir de domination est une limite à l’expansion du modèle…. impose-t-on la liberté ? d’où la critique de l’impérialisme dans le doc 2…=> « colonisé »
– les erreurs commises : les républicains en 1920 / les financiers dans les 1920ies / la crise des années 30….
– on peut évoquer les réticences US de ne pas s’engager dans la 2GM….
– doc 2 : critique du bloc de l’est, refusant le modèle américain, considérant la liberté US comme factice, le système capitaliste comme la victoire des forts sur les faibles (ce en quoi le darwinisme social américain n’est pas vraiment opposé…)… et reprise de la doctrine Monroe les Américains en Amérique !! 1823…

5 – CCL ?
le paradoxe américain, universalisme et isolationnisme en même temps.. un peu comme les Français d’ailleurs…

A celles et ceux qui ont dans la plume le seul désir de dominer le monde je dis STOP… Non s’il vous plait réfléchissez un tout petit peu.. Vous êtes nourris de films et de séries où le grand méchant ou l’ancien gentil veut exercer un pouvoir infini jusqu’à l’au delà.. Mais ZUT ! ça coûte la peau des fesses de dominer le monde.. et si ce n’était qu’affaire d’argent.. La domination c’est d’abord la lutte pour la sécurité et vous voyez aux infos ce que ça donne.. Ces gens qu’on étudie, dans les années 1930 et 1940, ils ont été nourris intellectuellement aux lectures de l’Antiquité où on voit bien les problèmes du maintien de la sécurité.. Alexandre a voulu dominer le monde : KO. Les Romains ont voulu dominer le monde.. en 4 siècles c’était fini.. Pas de capitalisme ou de communisme à l’époque : un affaiblissement des structures de pouvoirs, le christianisme et les invasions barbares ont eu raison de cette domination, qui avait pourtant l’intelligence d’intégrer les gens de tous horizons… Dominer le monde, c’est un scénario pour les films ou pour les psychopathes…. Allez voir cet article.. juste histoire de voir qu’en simplifiant tout, on en arrive à dire des sottises…. ARTICLE

RETOUR PAGE DEVOIR TLES